• 06 82 94 36 47    epanier[@]bioneed.fr

Une envie de partager quelques éléments clés concernant les pensées, les idées soulevées lors de ce sommet relatif aux nouveaux modes de gouvernance à l’horizon 2030.
Comme le rappelle Marc HALEVY, notre monde est en pleine bifurcation du fait des nombreuses ruptures que nous traversons (écologique, numérique, sociétale, organisationnelle, éthique). A cela le monde de l’entreprise doit s’adapter avec une gouvernance systémique, un mode de réseau et non plus pyramidal, une gouvernance de soi et de notre communauté de vie.
Plusieurs intervenants soulignent l’importance de fonder un projet d’entreprise sur des valeurs, et de se questionner sur la raison d’être de l’entreprise pour mobiliser un collectif. Générer de la richesse, des profits reste une vérité pour péréniser les activités, investir, innover mais cela ne suffit plus! Il est nécessaire de définir un but précis et qui fait sens. Les collaborateurs sont investis de missions (les fiches de postes qui”enferment, cloisonnent” sont vouées à disparaître), il est nécessaire de laisser place à l’autonomie, la créativité, la prise d’initiative.
Le Manager d’aujourd’hui et de demain joue un rôle de “coach – de gardien du projet collectif” pour que les missions confiées se complètent et avancent, avec une vision à 360°C. Il fait autorité (elle se mérite) et se poser les bonnes questions! Il lui faut pour cela un sacré réservoir d’énergie mentale!
Face à ce contexte d’incertitude (qui est encore plus marquée pour les entreprises de notre secteur en innovation santé), la gouvernance des entreprises doit être adaptative, et construite petits pas par petits pas en étant raisonnable et en ayant ainsi les moyens d’avoir rapidement un feedback sur les actions accomplies.
Il  est rappelé également que l’économie est globale, que l’entreprise doit avoir une vision de l’ensemble de sa planète, dans ses considérations “eco-responsable” mais aussi dans ses liens d’interdépendances économiques avec les autres pays….
Le concept de frugalité “faire moins mais mieux” est également soulevé. Il ne s’agit pas de moins travailler mais de mettre un terme aux différentes tâches inutiles mais pourtant réalisées quotidiennement dans les entreprises et de revoir les modalités d’organisation des réunions par exemple!
Pour bâtir l’avenir, l’HUMAIN est la 1ère ressource.
S’ouvrir à la différence, aux différences dans le monde du travail est aussi source d’inspiration…

Leave a reply